Blog

  • L'ange

    Je devais avoir 6 ou 7 ans. Tous les dimanches, une famille de cultivateurs habitant plus loin sur la route passait devant chez nous pour aller à la messe et m’attendait pour m’y emmener. Mes parents ne mettaient pas les pieds à l’église aussi se faisaient-ils un devoir d’assurer mon éducation religieuse. J’aimais assez bien la messe en latin, ça donnait une impression d’incantation magique, mais la plupart du temps, je m’ennuyais sec et alors, je me perdais dans l’admiration des vitraux représentant les 14 stations du chemin de croix (si mes souvenirs sont exacts) dans de si belles couleurs lumineuses.

    Pour la période de Noël, la crèche était installée et, au lieu qu’un enfant de chœur passe dans les rangs pour la quête, nous défilions devant celle-ci pour y déposer notre obole. C’était mon premier Noël dans l’église d’Aix-Noulette, je me suis levée et j’ai suivi le mouvement. J’étais juste derrière une dame imposante dans un manteau bleu et je ne voyais que ce manteau. Quand mon tour arriva, je ne savais pas quoi faire de ma pièce et la dame derrière moi m’a indiqué la statue d’un ange portant un sac installée sur le côté et me dit de la mettre dans le sac, ce que je fis. Et là, l’improbable. L’ange me remercia d’un signe de tête !!! Le choc me repoussa en arrière et je tombais assise sur un banc. Et alors que je tentais d’assimiler ce que je venais de voir, j’observais la file de gens qui continuait à avancer, aveugle à ce qui venait de se passer. Et, n’étant pas très sûre de ce que je venais de voir, je finis par reprendre place dans la file.

    J’avais hâte d’en parler avec ma grand-mère et, rentrée à la maison, je lui dis « Mémé, je crois que j’ai vu un miracle ». Je n’étais pas trop sûre. Bien sûr, j’en avais entendu parler, mais comme quelquechose dont on parle sans l’avoir jamais vu, alors pourquoi là, maintenant, devant moi ? Ma grand-mère, avec un petit sourire, me dit « ah bon ? Raconte ! » et je lui dis ce que j’ai vu. Ma grand-mère se met à rire et m’explique alors les automates et nous en rions ensemble. Ah ouf ! Ce n’est que ça…

    Il n’empêche que l’après-midi, je suis retournée à l’église avec ma tirelire et, à chaque fois que l’ange me disait merci, j’étais toujours aussi émue.

    Depuis, j’essaie d’être à la hauteur, toujours, du merci de cet ange.

  • Quand je me suis mise à créer mes meubles

    Donc oui, cette maison représente beaucoup pour moi. Elle est la somme du travail de mes parents. Mon grand-père a travaillé pour nous offrir une meilleure qualité de vie et mon père a travaillé pour nous garder à l’abri, sa mère et moi. Aussi est-ce pour cela que j’ai mis tant de temps à accepter la donation que mon père me proposait. Tant que je ne me sentais pas à la hauteur de la tâche,  j’ai regimbé face à la responsabilité que cela impliquait. Je suis aujourd’hui la dépositaire de leur somme de travail.

    Pendant que les costauds s’occupaient des gros travaux, j’ai réfléchi à l’aménagement. Dans l’appartement que j’occupais avant, je dormais encore sur un matelas posé sur des palettes et la plupart des meubles ne valait pas grand-chose. J’avais bien visité quelques magasins de meubles mais les seuls que j’avais aimés étaient de la gamme Roche-Bobois… Hors d’atteinte. « Qu’à cela ne tienne, je les ferai moi-même » se dit-elle alors…

    Le mari d’une amie de lycée, me voyant admirative devant les meubles qu’il avait faits lui-même, me proposa de me faire le meuble sous l’évier. En effet, je voulais une hauteur de plonge supérieure à celle qui est la norme partout et qui nous voit toujours penchée sur la tâche. Je peux, depuis, faire ma vaisselle sans mal de dos. (Car oui, je fais toujours ma vaisselle à la main et c’est certainement une bonne façon d’économiser l’eau.)

    Ainsi, grâce à ce modèle, je me suis lancée. Bien sûr, les meubles sont faits de tasseaux, d’équerres et de lambris, je n’ai pas la prétention de faire des meubles dans la « noblesse de l’art ».

    Première tentative, un meuble à chaussures digne de ce nom, où on peut mettre toutes ses chaussures. Après bien des suées, des « crapahutages » dans le ventre du meuble-modèle pour en comprendre le squelette, j’y arrive. (Bon, sur la photo, il a 20 ans, quand même !)

    2022 meuble chaussure

     

    2022 meuble audio

    Bien, alors, deuxième tentative, le meuble stéréo. Là, on parle du salon, il y faut de la créativité. Je n’aime pas les angles droits sur les meubles, on s’y accroche souvent et ça fait mal, alors, ils seront coupés à 45°. Pour le meuble stéréo c’est un peu une obligation, les

    Mais j’ai surtout envie d’une belle bibliothèque et je la veux avec un brin d’exotisme… J’ai mis deux ans pour la réaliser. (Il est vrai que je n’avais pas que ça à faire.) Ce que j’ai pu me faire charrier par Daniel et ses copains ! Ils me voyaient partie dans une entreprise au delà de mes capacités. Quand elle fut – enfin – finie, ils m’ont félicitée. Je n’étais pas peu fière !!! La partie la plus motivante, et en même temps la plus pénible fut la réalisation des portes pleines. Exotiques mais pas chères… L’inspiration ne vient pas, jusqu’au jour où, du coin de l’œil, je repère un rouleau de canisses de jardin non utilisé. Ma cervelle ronronne à nouveau. Je coupe les canisses, je les ponce devant pour enlever le vernis, derrière pour les aplatir, je les vernis de différentes teintes, je les colle sur une planche aux dimensions de la première porte, je les encadre. Je pose la porte et je m’extasie. Si si ! C’est exactement ce que je voulais. J’y ai mis du temps, sur cette porte, et mes doigts se souviennent de la période « ponçage », mais ça en valait le coup. Puis, je compte. Il m’en reste une, deux… cinq à faire ? Ô misère.

    J’ai mis du temps (d’où les 2 ans pour la faire) mais j’y suis parvenue.

    Je voulais des portes vitrées dans la partie supérieure. Des portes vitrées jolies et… pas chères. Bien sûr.

    Et alors que je réfléchissais à la meilleure façon de les réaliser, j’ai pensé à des cadres-photo. Et j’ai créé les différentes parties du haut à partir de la hauteur de ces cadres.

    Oui, elle tient toujours et je la trouve toujours aussi belle.

    2022 bibliothe que

    colonnes de CD étant beaucoup moins profondes que la vieille stéréo de mon père. Croquis, mesures, colonnes de CD en bois achetées en discount. Trois tiroirs au dessus pour les cassettes audio. Bon, c’est vrai, je n’ai jamais pris le temps de mettre des poignées aux tiroirs et je galère pour les ouvrir…